Championnats du monde d’athlétisme de l’IAAF Doha 2019

8 records des championnats, 3 records du monde, 3 records du monde juniors et 23 champions mondiaux

Sebastian Coe, président de l’IAAF, a décrit les Championnats du monde d’athlétisme de Doha 2019 comme les plus réussis de l’histoire du point de vue de la qualité et de l’amplitude des performances produites par les athlètes, originaires de plus de 200 territoires.

« Les performances des athlètes sont incroyables mais il faut également saluer les infrastructures et l’environnement offerts par le pays d’accueil. Tant sur le terrain que lors des échauffements, Doha a su mettre en place des conditions inégalées. »

« Je suis plutôt tranquille. Je voulais juste me qualifier : demain est un autre jour. Vivement les demi-finales. La piste est incroyable, super agréable. Je suis un peu tendu parce que ça fait longtemps. Tout ce que je veux, c’est franchir les étapes et essayer d’atteindre la finale. À ce moment-là, il faut donner tout ce qu’on a pour tenter de décrocher une place sur le podium. »

Andre DE GRASSE (médaille de bronze au 100 m masculin, médaille d’argent au 200 m masculin), après le premier tour du 100 m masculin.

« Je suis super à l’aise. J’avais tout juste 17 ans quand j’ai fait mes premiers pas dans un championnat du monde senior. Aujourd’hui, j’ai plus d’expérience et de confiance en moi. L’équipe cubaine est arrivée bien préparée et prête à donner le meilleur d’elle-même pour ses supporters. Notre premier objectif est atteint. La météo est bonne, la piste très rapide. Pour la finale de demain, je veux me classer parmi les huit premiers à l’issue des trois premiers tours, puis viser la médaille d’or, évidemment. »

Juan Miguel ECHEVARRÍA (médaille de bronze au saut en longueur masculin), pendant les qualifications.

« J’ai utilisé une perche plus souple pour mon premier saut et n’ai pas atteint la hauteur nécessaire. Du coup, j’ai changé de perche et réussi mon coup, puis changé à nouveau quand la barre est arrivée à la hauteur de qualification. À cause d’une blessure, je n’ai pas fait de compétition depuis la Ligue de diamant de Londres, il y a deux mois. J’ai envisagé de commencer à 4,35 m puis j’y ai réfléchi, je me sentais bien donc j’ai démarré à 4,50 m. La piste permet de vraies pointes de vitesse. J’avais un contrôle absolu de ma course d’élan. »

Nikoleta KIRIAKOPOULOU, pendant les qualifications du saut à la perche féminin.

« La piste est super rapide. J’ai même eu un peu peur. J’ai bien failli tomber. Mais si je tombe, tant pis. On s’en fiche. C’est vraiment une discipline dans laquelle on peut espérer un nouveau record du monde. On verra s’il sera obtenu par Christian, par moi, ou bien par quelqu’un d’autre. Je n’ai qu’un seul but : gagner. La victoire m’importe plus que le résultat lui-même. Je tire ma confiance en moi de mon entraînement. Je sais combien j’ai travaillé pour en arriver là et je suis certain de pouvoir y arriver. »

Will CLAYE (médaille d’argent au triple saut masculin), pendant les qualifications.

« Je suis très reconnaissant d’avoir pu obtenir une médaille. Bien sûr, j’avais envie de gagner mais je vois ça comme les prémices d’un renouveau pour cette année olympique. Je ne demande jamais rien à personne, juste à moi-même. Je suis content de ma performance. La piste est incroyable. J’aimerais qu’on offre le même spectacle que la finale du 100 m. »

Jeff HENDERSON (médaille d’argent au saut en longueur masculin), pendant les finales.

« Je ne m’attendais pas à ce que les femmes fassent de tels temps ! Advienne que pourra, on est toutes prêtes au départ. Pour le record du monde, on verra bien ce qui passera. C’est une piste super rapide et je suis prête à tout. »

Danielle WILLIAMS (médaille du bronze du 100 m haies féminin), pendant les qualifications.

Projets similaires