Peut-on parler de tartan pour tout type de revêtement sportif d’athlétisme ?

Dans les descriptions de pistes ou de terrains, il n’est pas rare de voir apparaître le terme « tartan » en référence au revêtement sur lequel les athlètes s’entraînent et s’affrontent. Mais d’où vient cette expression ? Est-il correct de l’utiliser comme synonyme pour ce type d’installation sportive ? 

D’après le dictionnaire de la Real Academia Española (RAE), le tartan est un tissu à carreaux en laine typique de l’Écosse. On trouve toutefois une deuxième définition : « Matière constituée d’un mélange de caoutchouc et d’asphalte, très résistante et lisse, utilisée pour le revêtement des pistes d’athlétisme. » Le dictionnaire précise également que ce sens correspond à une marque déposée. Est-ce vrai ? Le tartan est-il une marque ? 

Le Mexique, l’Écosse et une multinationale sont les trois protagonistes de l’histoire qui a vu le nom d'une marque transformé en terme d’usage courant. Retournons 50 ans en arrière pour mieux connaître l’étymologie du mot « tartan ».

Jeux olympiques à Mexico : les premières compétitions sur revêtement en tartan

Pour assembler les morceaux, il nous faut commencer en 1968, l’année des jeux olympiques à Mexico, durant lesquels le stade olympique universitaire a choisi le tartan comme revêtement de piste. « Tartan » était le nom de produit choisi par l’entreprise américaine 3M pour la surface en polyuréthane qu’elle avait conçue spécifiquement dans un but sportif. Cette piste s’est avérée révolutionnaire : les jeux de Mexico ont marqué la première utilisation lors des jeux olympiques d'une piste à base de matériaux synthétiques plutôt que de cendres volcaniques.

À l’occasion des jeux de 1968, les athlètes ont battu 22 records du monde, notamment grâce à l’altitude élevée de Mexico. Le succès de cette piste a conduit à l’utilisation du mot « tartan » comme terme générique pour toutes les surfaces synthétiques utilisées lors de compétitions d’athlétisme. Bien que 3M ait arrêté de produire le matériau de la piste il y a plusieurs décennies, le terme « tartan » survit dans le vocabulaire du sport plus d’un demi-siècle après sa création.

Écosse : tartan, scotch et identification de marque

C’est ici qu’apparaît le lien entre le tartan, l’Écosse et la première définition du terme par la RAE — le sens associé au tissu à carreaux. Les noms de plusieurs produits de l’entreprise 3M sont liés au terme « Scotch » (pour « écossais »). À tel point que cette expression, péjorative aux États-Unis dans les années 1920 (on l’utilisait pour dire « avare »), est devenue un symbole de l’entreprise.

Tout comme Coca-cola, Kleenex ou Xerox, 3M a réussi à imposer plusieurs de ses marques dans le vocabulaire courant, notamment le fameux « post-it ». Parmi les produits de l’entreprise faisant directement référence à l’Écosse, on trouve le « scotch » (ruban adhésif), le « scotch-brite » (éponge à récurer) et le tartan.

Revêtement en tartan : oui ou non ?

Par conséquent, peut-on parler de « tartan » pour tout type de piste d’athlétisme ? Oui et non. Dans l’usage courant, tout amateur de sport pourrait comprendre ce que veut dire son interlocuteur en utilisant le mot « tartan ». Néanmoins, la définition littérale du dictionnaire de la RAE précise que le terme s’applique à une marque déposée existante et se limite à « une matière composée d’un mélange de caoutchouc et d’asphalte ». 

Des années de recherche et de développement ont abouti à l’adoption de nouveaux matériaux plus efficaces, techniquement plus avancés et durables dans les pistes d’athlétisme synthétiques d’aujourd'hui. Aussi, il ne serait pas correct d’utiliser le terme « tartan » pour désigner tout type de piste d’athlétisme.

Si l’on trouve toujours le terme « tartan » dans le catalogue de 3M, celui-ci fait désormais référence à une gamme de scotch d’emballage.